Accueil»Dernières Infos»Cameroun : Liberté de presse : Le Committee To Protect Journalist au chevet de Mbombock Mbock Matip

Cameroun : Liberté de presse : Le Committee To Protect Journalist au chevet de Mbombock Mbock Matip

0
Partages
Pinterest Google+

Dans un communiqué qu’elle vient de rendre public, l’ONG internationale basée aux Etats-Unis exige la libération immédiate du directeur du journal Climat Social, détenu au Cameroun depuis août 2020 sans jugement.

Enlevé le 16 août 2020 à son domicile à Yaoundé les hommes du colonel Joël Emile Bamkoui de la redoutable Division de la Sécurité Militaire (SEMIL), torturé dans les bureaux de ce dernier, transféré le même jour au secrétariat d’Etat à la défense (SED) où il a été gardé à vue, placé en détention provisoire à la prison centrale de Yaoundé-Kondengui le 7 septembre 2020, illégalement détenu depuis le 7 mars 2021 du fait de l’absence de prorogation de son titre de détention (la durée légale de la détention provisoire au Cameroun est de 6 mois), Mbombock Matip bénéficie désormais du soutien du Committee To Protect Journalist (CPJ).

Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, l’ONG de défense de la liberté de presse basée à New York aux USA invité les autorités camerounaises à la « libération immédiate » de Mbombock Matip, directeur de publication du journal Climat Social et handicapé moteur.Le CPJ dénonce également l’usage par le pouvoir camerounais de la justice militaire contre les journalistes. Accusé de propagation de fausses nouvelles, Mbock Matip investiguait sur une affaire de tentative de coup d’Etat contre le président Paul Biya ainsi que sur un réseau de vol de voitures en Afrique entretenus par certains dignitaires du régime et dont des membres ont été arrêtés en mai 2020 au Togo, indique le CPJ.

ledefenseur.com    

 

Article précédent

Tchad : Election présidentielle : Voici les irrégularités recensées par les observateurs

Article suivant

Cameroun : Sébastien Ebala : « Des personnes tapies dans l’ombre veulent me maintenir en prison »