Accueil»Dernières Infos»Cameroun: Liberté de presse: Le SYNAJIC au secours de Mbombock Mbock Matip

Cameroun: Liberté de presse: Le SYNAJIC au secours de Mbombock Mbock Matip

1
Partages
Pinterest Google+

Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, le Syndicat national des journalistes indépendants du Cameroun (SYNAJIC) dénonce la détention qu’il qualifie d’arbitraire, du journaliste et défenseur des droits humains,Emmanuel Mbombock Mbock Matip. L’organisation syndicale appelle à la libération de l’homme de média, détenu depuis septembre 2020 à la prison centrale de Yaoundé après avoir été enlevé le 17 août 2020 par les hommes du colonel Emile Bamkoui; commandant de la sinistre Division de la Sécurité Militaire (SEMIL) au Cameroun. Ci-dessous, l’intégralité de la déclaration:  

Le Syndicat National des Journalistes Indépendants du Cameroun *(SYNAJIC)*, appelle à libérer Emmanuel Mbombog Mbog Matip. 

Plus de six (06) mois après son arrestation et son emprisonnement, le Directeur de Publication du journal Climat Social n’est toujours pas fixé sur son sort. 

Le *SYNAJIC* appelle les autorités camerounaises à libérer immédiatement et sans conditions Emmanuel Mbombog Mbog Matip qui a été interpellé le 27 septembre 2020 par les forces de défense pour propagation de fausses informations, et conduit à la prison centrale de Yaoundé où il est actuellement détenu, torturé privé de visite et de nourriture. 

Le Syndicat National des Journalistes Indépendantes du Cameroun *(SYNAJIC)* , condamne énergiquement cette détention arbitraire du journaliste directeur de publication et président de la ligue de défense des droits des personnes défavorisées. Sa détention viole la constitution. 

Le *SYNAJIC* invite les mouvements corporatistes et les journalistes à témoigner leur solidarité à Emmanuel Mbombog Mbog Matip et demande aux autorités de mettre fin aux poursuites scandaleuses contre lui. 

Le *SYNAJIC* demande aux autorités de mettre fin aux restrictions injustifiées imposées aux journalistes et aux médias privés. Le journalisme n’est pas un crime. Le journalisme, la liberté d’expression et la liberté de réunion pacifique doivent être respectés en toutes circonstances. 

Fait à Douala, le 18 Février 2021 

Pour le Syndicat des Journalistes Indépendantes du Cameroun *(SYNAJIC)*  

Le Président National 

 *Alex KOKO à DANG*  

 *Union – Action – Solidarité* 

 

Article précédent

Côte d’Ivoire : Législatives 2021 : Les femmes sous-représentées sur les listes de candidature

Article suivant

ONU: La situation à Haïti, au Myammar et au Burundi sur la table du Conseil des droits de l’homme