Accueil»Dernières Infos»Irak: Sécurité : Un activiste porté disparu depuis 4 mois

Irak: Sécurité : Un activiste porté disparu depuis 4 mois

0
Partages
Pinterest Google+

Sajjad Sattar Shannan Al Mishrifawi a été enlevé le 19 septembre 2020 par des membres d’une milice alors qu’il prenait part à une marche de protestation dans une localité située au sud du pays. Jusqu’ici, on est sans nouvelle de l’activiste malgré les négociations entamées par les autorités avec ses ravisseurs. 

Cela fait plus de 4 mois que Sajjad Sattar Shannan Al Mishrifawi est porté disparu. Etudiant âgé de 25 ans,  activiste réputé  critique envers le gouvernement de Bahram Saleh, Sajjad a été enlevé le 19 septembre 2020 par une milice affiliée aux Unités de Mobilisation Populaire, alors qu’il participait à une marche de protestation contre les autorités locales à Al Azirj, dans la province de Dhi Qar. 

Alors que Sajjad se trouvait à bord de son véhicule en compagnie d’un de ses amis, 7 hommes armés ont ouvert le feu en leur direction. Pendant que son ami sortait grièvement blessé de cette attaque, Sajjad quant à lui était contraint par les assaillants de les conduire vers une destination inconnue. 

D’après des organismes locaux de défense des droits humains, 3 mois avant son enlèvement, Sajjad Sattar recevait régulièrement des menaces de mort du fait de ses posts critiques envers le pouvoir en place qu’il publiait sur les réseaux sociaux. Un mois avant son enlèvement, il a échappé à une tentative d’assassinat suite à une attaque à la bombe visant son véhicule à bord duquel il se trouvait.

L’ONU saisi

Quelques heures après la disparition du jeune activiste, le chef de la police dans la province de Dhi Qar, le général de brigade Hazem Al Waeli, a engagé des négociations avec ses ravisseurs. Sans succès. Le 20 septembre 2020, la famille de Sajjad Sattar a déposé une plainte auprès de la section criminelle de la Cour d’Investigation de Nasiriyah. Le 13 octobre 2020, le cas de l’activiste a été porté devant la Commission de l’ONU contre les disparitions forcées. 

L’Irak fait partie des pires exemples dans le monde en matière de protection des militants des droits humains. En février 2020, la Commission irakienne des droits de l’homme a annoncé que 22 blogueurs et militants ont été assassinés et 50 autres activistes enlevés, à la faveur d’un mouvement de protestation qui a démarré dans le pays début octobre 2019. 

ledefenseur.com

Article précédent

Cameroun : Crime: Plus de 3500 civils assassinés en zone anglophone par l’armée en 2020

Article suivant

Cameroun : Scandale: La Commission nationale des droits de l’homme au service de l’injustice ?