Accueil»Dernières Infos»Mali: Massacres de Bounty: L’armée française impliquée

Mali: Massacres de Bounty: L’armée française impliquée

0
Partages
Pinterest Google+

Plus d’une vingtaine de civils ont péri le 3 janvier dernier à Bounty suite à une frappe aérienne des forces françaises engagées dans la lutte contre le terrorisme dans 5 pays d’Afrique de l’Ouest. Mais pour les autorités françaises, il s’agit de djihadistes neutralisés. Une ONG internationale appelle à la mise sur pied d’une commission d’enquête. 

Des soldats français au Mali

Que s’est-il réellement passé le 3 janvier dernier à Bounty, localité située au centre du Mali? D’après Tabital Pulakuu, une association locale de promotion de la culture peuhle, plus d’une vingtaine de morts et de nombreux blessés ont été enregistrés suite à une frappe aérienne des forces armées françaises de l’opération Barkhane. Il s’agit de personnes qui assistait à la célébration d’un mariage, a précisé l’association. 

Cette accusation est balayée d’un revers de la main par les autorités françaises. D’après un haut responsable de l’armée française contacté par nos confrères de l’Agence France Presse, la frappe aérienne de Bounty a plutôt fait des victimes côté djihadistes. Les autorités maliennes de transition quant à elles restent muettes jusqu’ici. 

Un mutisme condamné par le mouvement M5-RFP qui a conduit l’insurrection ayant abouti à la chute du président Ibrahim Boubacar Keïta le 18 août dernier. Dans un communiqué daté du 5 janvier dernier, M5-RFP a indiqué que la junte a le devoir de fournir aux Maliens toutes les informations nécessaires et crédibles sur cette situation.

Commission d’enquête 

Au regard de ces versions contradictoires, la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH) et l’Association malienne des droits de l’homme, dans un communiqué publié ce 11 janvier 2021,a invité les autorités maliennes et françaises à accepter la mise en place d’une commission d’enquête indépendante. Cette commission, préconise les deux ONG, sera placée sous l’autorité de la Division des droits de l’homme et de la protection de la Mission de l’ONU au Mali. 

Les forces armées françaises de l’Opération Barkhane sont engagées auprès des armées du G5 Sahel pour lutter contre le terrorisme. Le G5 Sahel est une organisation interétatique qui regroupe 5 pays d’Afrique que sont le Mali, la Mauritanie, le Tchad, le Burkina Faso et le Niger, dont l’objectif commun est de combattre les groupes djihadistes qui prolifèrent dans ces pays respectifs.

Michel Biem Tong 
 
 
Article précédent

Togo: Liberté de presse: Un journal de l'opposition interdit de paraître

Article suivant

Cameroun: Exclusif: Voici les noms des soldats impliqués dans le massacre de Mautu