Accueil»Dernières Infos»Mauritanie : Immigration clandestine : Plus de 60 immigrants arrêtés par l’armée

Mauritanie : Immigration clandestine : Plus de 60 immigrants arrêtés par l’armée

0
Partages
Pinterest Google+

Ils ont été interpellés ce lundi 29 mars par des militaires mauritaniens alors que leur convoi était en route pour l’Espagne. Détenus à Nouadhibou, ils risquent la déportation.

Plus de 60 immigrés clandestins ont été interpellés ce lundi 29 mars 2021 par des militaires mauritaniens au lieu-dit Lagouira, au sud du Sahara Occidental, à la frontière avec la Mauritanie. Ces immigrés, pour la plupart originaires d’Afrique de l’Ouest, s’apprêtait à rallier l’Espagne en bateau via les Îles Canaries.Une fois interpellés, les jeunes gens ont été transférés à Nouadhibou pour une procédure légale en vue de leur déportation. En décembre 2019, 140 migrants ont été interpellés par des garde-côtes mauritaniens à Nouamghar, une cité balnéaire de Mauritanie. 60 migrants ont trouvé la mort quelques jours plutôt au large de Nouakchott, la capitale de Mauritanie.

Une embarcation remplie d’immigrés clandestins

La Mauritanie et l’Espagne sont liées depuis 2006 par des accords de coopération sécuritaire (reconduits en mars 2019) dont l’une des aspects porte sur la lutte contre l’immigration clandestine.Dans une interview accordée au journal espagnol El Pais en janvier 2020,le ministre mauritanien de l’Intérieur, Mohamed Salem Ould Merzoug, a déclaré que : « La Mauritanie, rappelle-t-il, fait son travail pour freiner l’immigration irrégulière mais trois phénomènes nous affectent. D’une part, les conflits poussent plus de personnes à émigrer. De l’autre, il y’a un changement de route, les migrants évitent la Libye qui est devenue très dangereuse en ce moment et ils traversent notre territoire. Et le troisième facteur est la pandémie du covid19. La crise sanitaire mondiale a eu un fort impact sur les pays africains et a frappé l’économie, laissant de nombreux jeunes sans travail. La pauvreté a augmenté de façon spectaculaire ».

ledefenseur.com

Article précédent

Nigéria : Crime de guerre : Boko Haram accusé de violences sexuelles

Article suivant

Congo : Liberté d’expression : 2 militants des droits humains arbitrairement détenus