En cas de violations de vos droits, contactez la rédaction au (+47) 911 42 848 ou alors écrire à l’adresse tongbiem@gmail.com

Actualité

Pour avoir dénoncé un scandale de détournement dans le secteur pétrolier, Ferdinand Ayité, journaliste d’investigation, a été condamné par la justice togolaise à payer 6 millions de FCFA de dommages et intérêts à un responsable togolais en charge du contrôle des prix de l’or noir. Des organismes internationaux de défense …

Hannan Al-Barassi a été tuée ce 11 novembre à Benghazi, à l’est du pays. L’avocate et militante des droits de l’homme a annoncé quelques jours avant son meurtre des révélations sur un scandale de corruption impliquant un des chefs de milices qui contrôlent la Libye, le général Khalifa Aftar. Le …

Au Tchad, il y a quelques jours, on vous parlait de la découverte par la Convention tchadienne de défense des droits de l’Homme d’une prison secrète de l’Agence nationale de sécurité. La CTDDH dénonce un véritable mouroir. Le gouvernement, lui, parle de cachots où les détenus sont « très bien » traités. RFI …

Dans un rapport qu’elle vient de rendre public, l’ONG internationale invite le gouvernement camerounais à ouvrir une enquête internationale sur le massacre le 24 octobre dernier de 7 élèves d’une école basée dans la localité de Kumba (sud-ouest anglophone du Cameroun). Pour Human Right Watch, l’école a été attaquée par des « hommes armés » et les deux parties au conflit anglophone s’en rejettent la responsabilité.

Interpellés le 22 septembre dernier lors d’une marche pacifique contre Paul Biya, ces supporters de Maurice Kamto ont été placés en détention provisoire à la prison centrale de Yaoundé par un juge d’instruction près le Tribunal militaire de la même ville. Accusés entre autres de révolution, ils risquent l’emprisonnement à vie.

De tous les indices rassemblés par votre journal en ligne hurinews.com, il apparait de manière claire que l’attaque d’une école dans la ville de Kumba (sud-ouest anglophone) exhalent le parfum d’un crime d’Etat. Votre journal en ligne revisite le profil des responsables tant hiérarchiques qu’opérationnels de ce scandale, qui se recrutent aussi bien au haut sommet de l’Etat que dans la préfectorale et la hiérarchie militaire et devront faire face à la Cour pénale internationale pour crimes contre l’humanité. Enquête.

Depuis son lieu de détention à la prison centrale de Yaoundé, le consultant média et activiste de la page Facebook et YouTube Médiatik s’est confié à votre journal en ligne hurinews.com sur les sévices corporels à lui infligés par les éléments de la Division de la Sécurité Militaire (SEMIL), organe du ministère de la Défense en charge des opérations sécrètes et du renseignement militaire. Kidnappé le 17 avril dernier par les agents SEMIL, Sébastien Ebala est accusé d’appel à manifestations sans autorisation à travers une vidéo virale sur les réseaux sociaux. Son procès est en appel alors qu’il n’a jamais interjeté appel.

Pour avoir dénoncé le rançonnement des populations locales par la police et la gendarmerie dans la localité de Moloundou, Moussa Dahirou, membre de l’ONG Mandela Center, est menacé de mort par un sous-officier de gendarmerie en service dans cette bourgade située à l’est du Cameroun. L’ONG dit avoir porté plainte pour menaces sous conditions.
Partagez

Sample Home 1