Articles Taggés

liberté de presse

  La justice togolaise s’est prononcée favorablement à la fermeture définitive du journal L’Indépendant Express en fin de semaine dernière. L’hebdomadaire est accusé de manquements graves à la déontologie journalistique. Mais pour les défenseurs de la liberté de presse, ce journal paye pour sa ligne éditoriale proche de l’opposition.  L’indépendant …

Accusé de violations graves des règles déontologiques, le journal l’Indépendant Express est interdit de paraître depuis le 4 janvier dernier par l’autorité togolaise de régulation des médias. La justice devra se prononcer définitivement le 15 janvier prochain sur le retrait définitif du récépissé de déclaration.  Les entraves à la liberté …

Pour avoir dénoncé un scandale de détournement dans le secteur pétrolier, Ferdinand Ayité, journaliste d’investigation, a été condamné par la justice togolaise à payer 6 millions de FCFA de dommages et intérêts à un responsable togolais en charge du contrôle des prix de l’or noir. Des organismes internationaux de défense …

Les raisons de cette bavure policière sont jusqu’à ce jour inconnues. Le journaliste n’entendrait plus bien du fait de cette voie de fait condamnée avec vigueur par le Syndicat national des journaliste du Cameroun.

Parmi ces organisations se trouve le Comité de protection des journalistes, un organisme basé à New York aux USA. L’appel à la libération des journalistes emprisonnés en Afrique a été fait à travers une correspondance adressée le 6 avril dernier à 10 chefs d’Etat africains. Cette mobilisation est motivée par la lutte contre le COVID-19.

Suite à l’incompréhension suscitée par l’appel de Reporters Sans Frontières à libérer l’ancien directeur général de la Cameroon radio and television qui, d’après certains journalistes camerounais, n’était plus journaliste pratiquant, voici un extrait de la mise au point conjointe du Comité international de libération et de réhabilitation d’Amadou Vamoulké (Cirlav), de Reporters Sans Frontières, du Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale (Redhac) et de la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH), parvenue à notre rédaction :

Le Comité de protection des journalistes (CPJ), organisme américain de défense de la liberté de presse à travers le monde, vient de rendre public un rapport sur le calvaire des journalistes camerounais dans le contexte de la loi anti-terroriste.

Le message du secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies à l’occasion de la journée mondiale de la liberté de presse qui se célèbre ce 3 mai 2017.

126e l’année dernière, le Cameroun est classé 130e dans le classement que vient de rendre public Reporters Sans Frontières sur le degré de respect de la liberté de presse dans le monde.

Dans un communiqué rendu public ce vendredi 20 janvier, le président Conseil national de la communication a mis en garde l’ensemble des médias contre toute publication sur les revendications anglophones portant sur le retour au fédéralisme. Pour Peter Essoka, ces revendications sont anticonstitutionnelles.