Articles Taggés

procès

Alors qu’approche l’ouverture du procès de 3 soldats au Tribunal militaire de Yaoundé, l’ONG internationale plaide pour que les donneurs d’ordre de cette boucherie humaine survenue le 14 février dernier soient également traduits en justice. “Il faut garantir un procès équitable et sécurisé, et poursuivre tous les responsables”, souligne l’ONG …

Renvoyés en jugement par le Tribunal militaire de Yaoundé, 3 soldats camerounais sont accusés entre autres de meurtres et de violations de consignes. Les militaires ont été épinglés par un rapport de la présidence de la République sur le massacre survenu le 14 février dernier au village Ngarbuh, dans le …

Kidnappé par la Sécurité militaire le 17 avril dernier, jeté en prison quelques semaines plus tard, accusé d’appel à manifestation sans autorisation, Sébastien Ebala risque un prolongement sans issue de sa détention provisoire. Son accusé a interjeté appel dans une autre affaire jointe à la sienne. Depuis le 23 juillet dernier, date de la dernière audience au Tribunal de première instance de Yaoundé, silence radio du côté de la Cour d’appel.

Alors que s’ouvre ce jour au Tribunal militaire de Yaoundé le procès des 7 soldats accusés d’avoir assassiné 2 femmes et leurs bébés comme il apparait dans une vidéo qui a qui a fait le tour du monde en juillet 2018, l’ONG internationale émet le vœu que ce procès aboutisse à la justice pour les victimes. Accusés de coaction d’assassinat, de violation de consignes et de complicité de ceux-ci, les présumés auteurs de cet homicide risquent la peine à vie, selon le Code pénal camerounais. Ci-dessous, le communiqué d’Amnesty International :

Le journaliste et lanceur d’alertes a comparu ce mardi 9 juillet 2019 devant le Tribunal de première instance de Yaoundé. Mais sa plaignante, l’écrivaine franco-camerounaise Calixte Beyala s’est inscrite aux abonnés absents. L’affaire a été reportée au mois d’août prochain.

Lancée par la Coalition internationale « Tournons la page », la pétition vise à dénoncer l’interminable procès contre des membres de l’ONG Dynamique Citoyenne depuis octobre 2015.

Accusés d’actes de terrorisme, ils devront à nouveau comparaître au tribunal militaire de Yaoundé en compagnie de leurs témoins.

Le rapport du complément d’enquête ordonné par le Tribunal criminel spécial en France depuis le 7 mai 2014 reste toujours attendu. Depuis lors, le procès de l’ancien directeur général de la Caisse nationale de prévoyance sociale pour malversations financières reste dans l’impasse. Rien à faire, ce simulacre de procès cache mal des relents purement politiques.

L’audience prévue ce mercredi 14 septembre n’a plus eu lieu. L’affaire n’a pas été inscrite au rôle. Les avocats des membres de l’ONG Dynamique Citoyenne dénonce une violation du droit à un procès équitable.

Depuis bientôt 8 mois que s’est ouvert le procès du point focal national de la plate-forme Dynamique citoyenne, les débats au fond ne se sont toujours pas ouvert. Les témoins de l’accusation sont toujours aux abonnés absents.