Accueil»Dernières Infos»Tchad: Justice: Les victimes d’Hissene Habre attendent toujours réparation

Tchad: Justice: Les victimes d’Hissene Habre attendent toujours réparation

0
Partages
Pinterest Google+

Après la condamnation à une lourde peine de l’ex-président tchadien fin mai 2016 en instance puis en avril 2017 en appel, les Chambres africaines extraordinaires ont accordé plus de 80 milliards de FCFA de réparation aux victimes de la dictature d’Hissene Habre. Jusqu’à ce jour, aucune partie civile n’a perçu le moindre kopeck de l’Union africaines.

 

30 mai 2016. Une date historique pour 7396 victimes d’Hissene Habre. Ce dernier, président de la République du Tchad de 1982 à 1990, a été condamné à la prison à perpétuité par les Chambres extraordinaires africaines rattachées aux juridictions sénégalaises pour perpétuité pour crimes contre l’humanité, crimes de guerre et torture, notamment pour des faits de violences sexuelles et viol.

En avril 2017, la Chambre d’appel a confirmé cette condamnation et octroyé une somme de 82 milliards de FCFA aux victimes. Mais jusqu’à ce jour, rien n’a encore été versé aux familles: « Bien que l’Union africaine (UA) ait adopté le Statut du Fonds fiduciaire en 2017 et ait alloué 5 millions de dollars au Fonds, celui-ci n’est toujours pas opérationnel..En février 2020, le Président de la Commission de l’UA, Moussa Faki Mahamat, a promis ‘la tenue très bientôt [d’une] conférence de mobilisation des ressources pour alimenter ce Fonds’. Cependant, il n’y a eu aucune avancée depuis », lit-on dans un communiqué publié le 26 janvier dernier par des ONG locales et internationales telles que Amnesty International, l’Association Tchadienne pour la Promotion et la Défense des Droits de l’Homme (ATPDH), Human Rights Watch, la Ligue sénégalaise des droits humains (LSDH) et la Rencontre africaine pour la défense des droits de l’homme (RADDHO). 

Ces différentes associations sont en première ligne du plaidoyer pour l’indemnisation des victimes de l’ex-dictateur tchadien qui se battent depuis une vingtaine d’année pour obtenir justice. Hissene Habre est détenu à Dakar au Sénégal. Son règne fut marqué par une terreur sans pareil, ceci grâce à la Direction de la Documentation et de la Sécurité (DDS), les services secrets de l’époque, réputés pour des actes de tortures dans des prisons secrètes et emprisonnements arbitraires. Au total, 40 000 tchadiens ont péri dans ces prisons d’Hissene Habre selon Human Right Watch et les associations des victimes de l’ex-dictateur. Ce dernier a été renversé le 1er décembre 1990 par Idris Deby Itno, l’actuel homme fort du Tchad. 

Michel Biem Tong

 

Article précédent

Centrafrique : Justice : Un chef rebelle à la CPI

Article suivant

Bénin: Affaire Ajavon: L’Etat va t-il se plier aux décisions éventuelles de l’ONU?