Accueil»Dernières Infos»Togo: Liberté de presse: Un journal de l’opposition interdit de paraître

Togo: Liberté de presse: Un journal de l’opposition interdit de paraître

0
Partages
Pinterest Google+

Accusé de violations graves des règles déontologiques, le journal l’Indépendant Express est interdit de paraître depuis le 4 janvier dernier par l’autorité togolaise de régulation des médias. La justice devra se prononcer définitivement le 15 janvier prochain sur le retrait définitif du récépissé de déclaration. 

Les entraves à la liberté de presse refont parler d’elles au Togo, pays situé en Afrique de l’Ouest. Après Ferdinand Ayite du journal L’Alternative, c’est au tour de l’hebdomadaire de l’opposition L’Indépendant Express dirigé par Carlos Ketohou  de pâtir des fourches caudines du régime de Faure Gnassingbe. 
 
En effet, depuis le 4 janvier dernier, la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (Haac) a frappé le journal (sous ses versions papier et en ligne) d’interdiction de parution pour manquement aux règles d’éthique et de déontologie dans la pratique du journalisme. En cause, un article paru le 28 décembre 2020 intitulé “Scoop de fin d’année: Femmes ministres interpellées pour vol de cuillères dorées”. Une procédure judiciaire devant entériner cette décision de l’autorité de régulation des médias est en cours. 
 
D’après la rédaction du journal, les faits relatés dans cet article ne se déroulent pas au Togo. Mais les autorités restent de marbre. Le 29 décembre 2020, Carlos Ketohou est invité par le Service central de la recherche et d’investigations criminelles (Scric) de la gendarmerie à se présenter le lendemain 30 décembre à 10 heures. Mais la veille, il a été enlevé vers 22 heures à son domicile à Lomé et conduit à la Scric. Il sera relâché le 2 janvier 2021. 
 
Le 4 janvier 2021, Carlos Ketohou doit comparaître devant la Haac. L’instance de régulation des médias le renvoie devant le Tribunal de première instance (TPI) de Lomé et décide de suspendre la parution du journal L’Indépendant Express. La justice est appelée à statuer sur le retrait du récépissé de déclaration du journal. Le 6 janvier 2021, Carlos Ketohou est invité à comparaître le 11 janvier 2021. A l’audience de ce jour, l’affaire a été renvoyée au 15 janvier prochain pour le prononcé de la décision définitive. 
Le Journal l’Indépendant Express interdit au Togo
 
Les défenseurs des droits de l’homme du Togo ne sont pas indifférents à cet autre coup tordu à la liberté d’informer. Dans une tribune libre publiée ce dimanche 10 janvier 2021 par nos confrères du journal en ligne IciLome, Me Raphaël Kpandé-Adzaré, avocat et ancien président de la Ligue togolaise des droits de l’homme (Ltdh), indique que cette décision de suspendre L’Indépendant Express est un règlement de compte vis-à-vis d’un journal jugé proche de l’opposition. Dans le classement 2020 de l’ONG internationale Reporters Sans Frontières sur la liberté de presse, le Togo a gagné 5 places. Mais il demeure un pays où les journalistes et les opposants sont régulièrement bâillonnés ou jetés en prison par le pouvoir en place.
 
Le Togo ploie depuis près de 60 ans sous une monarchie républicaine. Avant Faure Gnassingbé, au pouvoir depuis le 4 mai 2005, c’est son père, Gnassingbé Eyadéma, arrivé au pouvoir suite à un coup d’Etat, qui a régné sans partage sur le peuple togolais du 15 avril 1963 à sa mort le 5 février 2005.  Le contrôle de l’appareil de l’Etat togolais par une famille depuis des décennies favorise un climat aussi bien peu propice à l’émergence d’une véritable démocratie que délétère pour les journalistes, les hommes politiques de l’opposition et les défenseurs des droits humains, victimes de toutes sortes de brimades.
 
Michel Biem Tong
 
Article précédent

Centrafrique : Élections : La Cour pénale internationale met en garde les groupes armés

Article suivant

Mali: Massacres de Bounty: L'armée française impliquée

Aucun Commentaire

Laisser un réponse